Formation initiale et continue

1. Aperçu
2. Offres de formation de l'AAS

3. Autres formations de base et continue, perfectionnement professionnel

 

1. Aperçu

La Commission de formation est le groupe de travail de l’AAS chargé de la formation de base, de la formation continue et du perfectionnement professionnel des archivistes. C’est elle qui organise le cours de base – une initiation à la profession –, la journée professionnelle annuelle et le cycle bisannuel « Pratique archivistique Suisse ». La défense des intérêts de l’Association et de ses membres compte aussi parmi ses compétences; elle est ainsi appelée à se déterminer au sujet d’offres de formation et de perfectionnement professionnel, ainsi qu’à suivre leur déroulement. Elle est en outre responsable de la communication (gestion du calendrier des formations sur Internet).

Dans les domaines de l’information et de la documentation (I+D), plusieurs prestataires institutionnels organisent des formations exposées en détail sur le site de la Délégation à la formation I+D.

La Délégation à la formation I+D a été créée en 1994 par l’Association des bibliothèques et bibliothécaires suisses (BBS), l’Association suisse de documentation (ASD) (aujourd’hui fusionnées et devenues BIS Bibliothèque Information Suisse) et l’AAS, dans le but de coordonner la formation aux professions de bibliothécaire, de documentaliste et d’archiviste au niveau suisse. Elle centralise toutes les questions et demandes ayant trait à la formation, plus particulièrement la formation professionnelle initiale.

2. Offres de formation de l’AAS

Cours de base pour archivistes : connaissances élémentaires en archivistique
Le cours de base organisé par l’AAS a pour but d’inculquer les rudiments de la profession d’archiviste (théorie multidisciplinaire, principaux concepts, activités et processus propres au métier) et de favoriser une réflexion théorique. Ce cours ne présente pas de centres d’archives suisses ni des solutions spécifiques, ces sujets étant abordés dans d’autres offres de formation continue de l’AAS.

En tant qu’offre de formation spécialisée, le cours de base, qui dure une semaine, s’adresse à des personnes qui travaillent dans des centres d'archives ou qui ont des activités liées aux archives et qui n’ont pas de formation de base dans le domaine I+D. Outre la transmission des connaissances fondamentales, il doit aussi permettre de construire un réseau de relations professionnelles, raison pour laquelle une grande importance est donnée aux possibilités d'échanges et de rencontres.

Cycle « Pratique archivistique suisse »
L'AAS organise depuis 2008 le cycle « Pratique archivistique suisse », en collaboration étroite avec les centres d'archives qui organisent les différents modules de formation. Cette série de rencontres a lieu tous les deux ans et vise à offrir une formation continue pour les collaborateurs de centres d'archives de tous niveaux. Les connaissances élémentaires ne font pas partie de ce programme. Les modules sont en règle générale bilingues allemand/français, de même que la documentation qui les accompagne. Le nombre de participants est limité à 25 personnes.

Le cycle « Pratique archivistique suisse » a comme objectifs :

  • de proposer un aperçu de la diversité du paysage archivistique suisse,
  • d'encourager les échanges d'expériences et, par ce biais, une formation continue basée sur la pratique,
  • de comparer des approches spécifiques de certaines tâches archivistiques,
  • de permettre aux membres de l’AAS de nouer des contacts personnels.

Autres offres de l’AAS
Lors des journées professionnelles annuelles, plusieurs intervenant(e)s éclairent les différents aspects de la profession et les problèmes rencontrés devant un public d’une centaine de personnes. Le programme est bilingue allemand/français avec une traduction simultanée depuis 2014.

Des ateliers sont organisés à intervalles irréguliers, souvent en partenariat avec d’autres prestataires. Les groupes de travail et les commissions de l’AAS organisent de leur côté des colloques et des formations.

Les membres de l’AAS sont invités à ces événements par le biais de la Lettre d’information. Leurs dates et les programmes des cours figurent aussi dans l’agenda.

3. Autres cours : formation de base et continue, perfectionnement professionnel

Apprentissage (agent(e) en information documentaire)
Le terme « professions I+D » regroupe les anciennes appellations : bibliothécaire, archiviste et documentaliste.

L’apprentissage d’une durée de trois ans permet d’acquérir des connaissances pour chacune des trois professions. Parallèlement à leur travail dans une entreprise de formation, les apprenants fréquentent l’école professionnelle à Berne, Genève, Lausanne ou Zurich ainsi que des cours interentreprises. L’apprentissage est couronné d’un certificat d’« agent(e) en information documentaire CFC » (titre précédent, jusqu’à la volée qui débuta la formation en 2008 : « assistant(e) en information documentaire »).

Il est possible d’obtenir en parallèle une maturité professionnelle. Celle-ci donne accès aux HES – par exemple dans le domaine I+D en vue d’un Bachelor en sciences de l’information.

Le site de la Délégation à la formation I+D livre des informations actualisées sur le profil de la profession, les entreprises de formation, les écoles, les cours interentreprises et les séances d’information.

Les apprenants sont employés dans une entreprise de formation (souvent une bibliothèque), et acquièrent de l’expérience en faisant des stages dans d’autres domaines I+D. Cette liste renseigne sur les activités lors d’un stage dans un centre d’archives.

Hautes écoles spécialisées
Les études d’une durée de trois ans dans les Hautes écoles spécialisées de Genève ou de Coire débouchent sur un « Bachelor of Science » (auparavant « spécialiste en information documentaire »). À part l’archivistique, le programme aborde divers domaines, notamment la bibliothéconomie, les sciences de l’information, la gestion, les nouvelles technologies, etc.).

Les diplômé(e)s maîtrisent des tâches plus complexes, par exemple la gestion de projets et la direction d’équipes. Le cahier des charges d’un archiviste peut comporter la constitution d’un fonds d’archives, le traitement archivistique, la documentation, la recherche, la formation de nouveaux collaborateurs et/ou apprenants. Les fonctions occupées et leur niveau sont très variables d’une entreprise à l’autre.

Études postgrades I+D
Plusieurs formations postgrades sont proposés dans le domaine I+D (Certificate of Advanced Studies CAS ou Master of Advanced Studies MAS). Les descriptifs se trouvent sur le site de la Délégation à la formation I+D.

Formation à la profession d’archiviste et formation continue/perfectionnement professionnel à l‘étranger
Le site de l’École archivistique de Marburg affiche une liste de liens vers des établissements de formation à la profession d’archiviste en Europe et au-delà.